• Saccage .

      

                     

    Saccage .

     

              Cet épisode de ma vie a duré plus de deux ans et même s'il m'a laissé un goût amer, je ne regrette rien, il m'a confirmé dans l'idée que les personnes qui se sentent redevables peuvent devenir vos pires ennemis .

              Je vous donne les deux versions de ce poème, celle de 2013 à chaud, et celle d'aujourd'hui, cinq ans plus tard .

                                                                                          

                             Saccage .

     

     

    Tu as peur, tu doutes et tu fuis,  

    Mais, nous étions là pour toi aussi,

    Nous avons souffert et douté,

    Nous aurions aimé t'en parler .

    Tu as laissé dans ton sillage,

    Un champ de ruines . Tes enfants,

    Ton amie, tu as laissé ta rage

    Te guider, alors il est plus que temps,

    Pour que je te dise la haine,

    Qu'au fond de moi j'ai ressentie,

    Pour elles j'ai eu tant de peine

    Et envers toi, tant de mépris .

    J'ai appris à bercer mon cœur,

    T'ai dit ce qui me faisait peine

    Et pour adoucir ma rancœur

    J'ai pris soin de briser mes chaines .

    De tes enfants j'ai pris le deuil,

    Sachant ta porte à présent close,

    De moi elles ont eu le meilleur

    Sécher leurs pleurs dépasse mes forces .

    Elles vont grandir, se construire,

    Mais comprendront elles un jour,

    Que tu ais pu risquer les détruire

    Car père, au nom de ton amour !

    Enfants du mensonge et de la peur,

    Qu'ont elle fait si ce n'est naître,

    Espérées peut-être, et leur cœur

    Oublira-t il un jour la peur ...

     

           M. CHATADIEU
                                                      30.04.2013

    Saccage .


    Saccage .

     

    Tu as peur, tu doutes et tu fuis,

    Voilà l'histoire de ta vie .

     

    Nous étions là à tes côtés

    Notre soutien, tu le savais,

    Tu as coupé, tu as tranché,

    Pas d'au revoir, pas de pitié,

    Elle qui les avait sauvées,

    Les aidaient à se redresser,

    A redonner force et gaité

    A leurs vies de papier maché,

    Et nous tes amis effarés .

     

    Inconscient tu as tout balayé,

    Nous ignorant, tout saccagé .


    Pauvres enfants dans la peine,

    Trahies, et chargées de chaines .

    Pauvre ami tu as tout détruit

    J'ai ressenti tant de mépris .



    Nous avons du bercer nos cœur,

    Prier la vie, sécher nos pleurs,

    Tuer la fureur et la haine,

    Tenter de rester sereines.

     

    De tes enfants j'ai pris le deuil,

    De ta porte oublié le seuil ,

    La sachant à présent close,

    Je n'y pouvais plus grand chose .



    Enfants rabaissées, cœurs froissés,

    Petites filles oubliées,

    Comment apprendre à se remettre,

    Quant naître, vous nie le droit d'être 

    On leur a appris à s'aimer,

    A sourire, à se regarder,

    Que cette leçon en leur cœur

    Fasse un jour fleurir le bonheur .

     

    M.CHATADIEU

    16.03.2018



     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :